Receive Information from French Tutor News

Enter your email address to subscribe to news from French tutor.net.

Helping you to Learn and Speak French!

Reading/Comprehension – “Pourquoi voyage-t-on?” (Levels B – C)


French conversation – Reading/Comprehension in French – Entretient avec  Jean-Didier Urbain

 Jean-Didier Urbain: «Dis-moi comment tu voyages, je te dirai qui tu es»

Jean-Didier Urbain, sociologue et anthropologue, se penche depuis de nombreuses années sur les touristes et leurs comportements.

Pourquoi a-t-on pris l’habitude dans nos sociétés de voyager?

Les hommes ont d’abord voyagé pour assurer leur survie, pour des raisons alimentaires (cueillette et chasse selon les saisons et les contrées), sécuritaires (échapper aux guerres, épidémies et autres catastrophes naturelles) et professionnelles (du nomade pastoral ou marchand au migrant économique). Pourquoi, une fois soustraits à ces nécessités vitales, ont-ils donc continué à voyager? Telle est la question.

Et aujourd’hui, quelles sont nos motivations à se déplacer pendant nos congés?

On pourrait dire que nous le faisons simplement par pur plaisir. Mais cette réponse ne suffit pas. D’abord nous aimons les voyages parce qu’ils nous désinhibent: loin de chez soi on pense s’échapper un temps des règles morales de notre société. D’où l’idée commune mais juste que «le voyage transforme la personne!» Ensuite, s’éloigner de son lieu de résidence, c’est aussi sortir de sa coquille, s’exposer à l’inconnu et rencontrer l’autre. On fait alors connaissance avec l’«étranger», littéralement celui qui est étrange, différent de moi. Et à qui j’apparais comme étrange aussi! J’aime cette remarque ironique de Georges Perec notant que l’on dit toujours que Christophe Colomb a découvert les Indiens mais qu’on oublie que les Indiens ont aussi découvert Christophe Colomb.

Il y a donc une forme de danger dans le voyage?

C’est effectivement une mise en péril de soi. Lorsqu’on voyage, on est comme un ver nu égaré en terre inconnue. Mais cette expérience est surtout une façon de mieux comprendre le monde et d’apprendre la relativité des choses. J’estime donc qu’il est important de voyager, dès que possible, et le plus souvent possible. Pour les personnes du troisième âge, le voyage peut devenir une véritable cure de jouvence! Il leur permet de rester au contact de l’évolution du monde et leur évite ce péril que constituent le repli et le figement de l’esprit.

Comment choisit-on sa destination?

Autrefois on optait pour un lieu plutôt qu’un autre selon les attractions qu’il proposait, ses monuments, son paysage, ses patrimoines matériels, passés et naturels. Maintenant on en demande davantage. On veut qu’une destination soit porteuse d’histoire, de romance, voire de fiction. Ce n’est pas pour rien que des régions se battent pour que des épisodes de feuilletons TV ou un film y soient tournés! Cela permet de transformer un espace en lieu, car il acquiert ainsi une dimension narrative aux yeux des voyageurs. Certains guides jouent entièrement cette carte-là. On peut, par exemple, visiter Venise en suivant les traces de Corto Maltese. Un personnage entièrement imaginaire d’Hugo Pratt!

Vous faites clairement la distinction entre vacances et voyage…

Ces termes sont souvent utilisés comme synonymes. Pourtant on peut très bien avoir congé et ne pas partir de chez soi! De la même manière, on a pris l’habitude de qualifier de «touriste» toute personne qui se trouve en dehors de chez elle. Ce n’est pas correct! Ce mot a une valeur spécifique qui signifie «celui qui fait un tour». Il désigne donc une personne mobile.

Malgré la crise économique, la population continue à voyager. Est-ce le signe que bouger est devenu un besoin dans notre société?

Il y a encore vingt-trente ans, lorsque les ménages avaient des problèmes d’argent, le premier poste qui était supprimé était le voyage. Aujourd’hui, on préfère rogner sur la nourriture, les vêtements ou l’électroménager. La pratique du voyage est devenue un standard culturel. Lorsque la crise a débuté il y a sept-huit ans, beaucoup de Français ont fonctionné sur leurs réserves et n’ont donc pas modifié leur comportement. Ce n’est qu’aujourd’hui, la période de récession perdurant, que certains ménages sont obligés de réduire aussi leur budget voyages.

Internet, avec des outils tels que «Google street view», permet d’explorer le monde en images depuis son domicile. Pourquoi donc voyageons-nous toujours autant?

Même avec des webcams qui diffusent des images en temps réel on ne se retrouvera jamais face à l’autre, comme cela est possible en se déplaçant physiquement. A aucun moment le voyage virtuel ne pourra donc remplacer l’expérience réelle. Les nouvelles technologies ont à l’inverse plutôt tendance aujourd’hui à rendre les excursions moins intéressantes. Autrefois, voyager, c’était le bonheur de disparaître. Mais maintenant, grâce aux téléphones portables et toutes leurs nouvelles fonctionnalités, nous restons continuellement connectés, même à l’autre bout du monde. La rupture n’est donc plus jamais totale. Et nous n’avons plus ce même plaisir à réapparaître parmi les nôtres au terme de notre aventure.

Recommanderiez-vous donc d’éteindre son téléphone portable tout au long de son voyage?

Personnellement, j’ai pris l’habitude de le faire. Aujourd’hui, les voyageurs sont des «cybertouristes» embarquant avec eux quantité d’appareils électroniques. Rien que nos téléphones portables nous permettent d’appeler, contrôler nos e-mails, prendre des photos… et ne nous laissent plus la possibilité de nous perdre grâce au système GPS. Le plaisir de la ville, c’est pourtant la possibilité de s’y égarer! Aujourd’hui, plus besoin d’entrer en contact avec les indigènes pour demander son chemin. C’est là une bulle qui se referme sur nous.

Article complet sur http://www.migrosmagazine.ch

en_USEnglish
en_USEnglish
%d bloggers like this: